Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Support pour aider à structurer l'écriture des premiers mots.

Publié le par Paul Cortès

Support pour aider à structurer l'écriture des premiers mots.

             En partant du principe que l'exactitude de l'écriture d'un mot dépend de la justesse avec laquelle il a été prononcé, puis de la précision avec laquelle ses entités sonores ont été identifiées (syllabes et phonèmes), il est important d'aider les apprentis lecteurs en difficulté à écrire leurs tout premiers mots en suivant un protocole bien précis
Ce protocole, fondé sur l'analyse phonologique des mots, se doit de précéder tout traçage de lettres et permettre ainsi de contenir toute forme de précipitation, source d'omissions et de confusions phonographiques.
En ce sens; le petit document présenté
 ci-dessus peut servir support à une activité de "pré-écriture" permettant de différer et de structurer l'écriture de mots simples.

            Mais avant même d'aborder cette activité de structuration, il est primordial que tout mot à écrire puisse être correctement vocalisé par les élèves; aptitude beaucoup mois évidente qu'il n'y paraît. En effet, des difficultés d'attention, de discrimination auditive, d'élocution, d'articulation, de mémoire à court terme,... peuvent fausser l'identité sonore d'un mot. Il n'est alors pas vain de faire répéter le mot à écrire à haute et intelligible voix par chacun des élèves, seul moyen d'apporter des rectifications à toute énonciation non conforme.
            En outre, cette activité de répétition va permettre d'amorcer la segmentation des mots en syllabes. Cette compétence, largement travaillée en GS est généralement acquise. Mais en CP, cette aptitude va revêtir une importance incontournable qu'il va falloir automatiser. Ainsi, lors de la répétition d'un mot, il n'est pas inutile de marquer un léger arrêt entre chaque syllabe et d'appuyer exagérément sur la dernière syllabe de certains mots présentant un "e amoindri" (cette accentuation est nécessaire car elle n'est pas assez perceptible si l'on s'en tient aux syllabes orales). 
           A ce stade, le support d'aide peut avoir une utilité du fait que la valeur sonore de chaque syllabe y est représentée par une image. Cette dimension visuelle permet de fixer et matérialiser la structure syllabique du mot. Ainsi, après qu'elles aient été "tapées" ou comptées, les syllabes visuelles sont pointées du doigt par les élèves. On peut éventuellement leur demander de placer un petit objet sur chacune d'elles, un trombone par exemple.
            Une fois les syllabes identifiées, il s'agit d'en décoller leurs phonèmes. Cette activité de "défusionnage" est extrêmement difficile pour certains enfants qui peinent à s'écouter finement. Là encore, en les incitant à répéter lentement plusieurs fois la syllabe d'étude, en leur demandant d'écouter les "bruits qui sortent de leur bouche" - ou de regarder la bouche de l'enseignant-, ils parviennent progressivement à isoler le premier bruit qui en émane ainsi que les sonorités suivantes. Il va de soi que cette délicate activité de perception, tant auditive que que "buccale" (positionnement des lèvres et de la langue, intensite longueur d'un souffle...) demande un important et inhabituel effort d'attention.
            Là aussi, le support d'aide favorise la visualisation et la mémorisation des phonèmes ainsi isolés, ce qui permet de réduire les omissions avant le tracage des lettres. L'utilisation d'un trombone pour fixer les "bruits" est aussi enviseageable.
            La dernière étape consiste à faire un récapitulatif rapide de la procédure, de compter le nombre de sons et de lettres nécessaires, puis de demander aux élèves de repérer et de pointer les lettres cursives (présentes au bas du support) qu'ils vont devoir utiliser pour écrire le mot sur leur cahier, en conformité avec leur calligraphie.

 

Partager cet article

Documents de liaison RASED pour les classes de CP et CE1

Publié le par Paul Cortes

L'accès aux 20 pages thématiques s'effectue maintenant sous la la rubrique "Documents pédagogiques" (colonne de droite).
Pour toute question, me contacter via : paul.cortes@hotmail.fr

Voici deux "aides-mémoire" à la lecture-écriture, destinés à être utilisés dans les classes d'origine des élèves de CP et de CE1 suivis par un Maître E. Ils ont pour but d'assurer un lien tangible entre le RASED et la classe ordinaire afin de tenter de favoriser les transferts notionnels et procéduraux attendus.
Cliquez sur leur image pour les voir en format A4 et les télécharger si vous estimez qu'ils peuvent être utiles à certains de vos élèves.écriture premières lettres      aide memoire lecture aboutie
Ces documents A4 suivent la progression des fiches de lecture ALED

Une fois plastifiés et disposés sur les tables, il est important d'inciter les élèves à s'y référer chaque fois que le besoin s'en fait sentir (que ce besoin soit anticipé par l'enseignant ou perçu par l'élève tout seul).
Il est tout aussi important de ne pas hésiter à faire rappeler chacun des procédés mnémotechniques présents. De la fréquence de leur répétition/consultation peut dépendre la rapidité des élèves à identifier les phonogrammes, à automatiser leur vocalisation et à acquérir un peu plus d'autonomie et d'assurance en lecture-écriture.
Il faut bien évidemment relativiser l'efficacité de ce dispositif, car certains de nos élèves cumulent leurs difficultés de lecture avec tant d'autres problèmes; que malgré tous leurs efforts et celui de leurs ensegnants, leur "entrée en lecture" demeure laborieuse et extrêmement lente.
Quoi qu'il en soit, le premier référent permet de retrouver les relations grapho-phoniques et les tracés (en cursive) des premières lettres (les voyelles ainsi que des quelques lettres "simples") abordées en début de la progression des fiches de lecture. Cette fiche permet aussi de rappeler les normes calligraphiques des tracés des lettres, ceci notamment par le comptage de la hauteur des interlignes des "petites lettres" (de type voyelles, de la ligne 0 à +1), des "lettres hautes" (du type t, l, b, d, de la ligne 0 à +3), et des "lettres basses" (de type p, f, g, de la ligne 0 à -1).
Le second référent propose des moyens mnémotecnniques permettant d'éviter les confusions récurrentes (é/è, n/m, b/d),les rappels des "règles de lecture" concernant les changements des valeurs sonores des lettres E, S, C, G, puis les phonèmes correspondant aux digrammes et trigrammes commençant par les lettres A, E, O, I (regroupés sur un même "panneau", ainsi que d'autres combinaisons de lettres (ch, qu, ph, gn, ill, aill, eill, euill, ouill). 

Partager cet article

Les raisons d'une rupture

Publié le par Paul

 Avril 2012        Petit historique 

Quatre années durant, j'ai assuré la présentation des outils que je concevais ainsi que leur mise à disposition totale et en libre accès. Il s'agissait d'élaborer des propositions pédagogiques associées à des progressions structurées, s'appuyant toujours sur des supports de travail utilisables en classe d'adaptation (affichages, fiches de lecture, aides-mémoire, jeux didactiques...). En bref, un matériel se voulant à la fois précis et concret, mais aussi plus consistant que des "pistes pédagogiques" pour aider à repérer, comprendre et remédier aux grandes difficultés d'apprentissages de nos élèves. 

Puis vint le jour où, dépité par l'annonce brutale de la perte de ma fonction de maître E, suite à la suppression de la majeure partie du RASED dans lequel je travaillais, je supprimais les 300 liens qui permettaient de télécharger les documents PDF du site. En effet, à quoi bon continuer de consacrer autant de temps et d’investissement extraprofessionnel dans un esprit de partage et de mutualisation alors que notre institution venait de manifester son absence la plus totale de considération à l'égard de nos fonctions et de nos personnes; mais aussi, indirectement, envers les élèves en difficulté des secteurs abandonnés.

Quoi qu'il en soit, comme le corpus et les images des outils pédagogiques restaient parfaitement lisibles, il subsistait toujours, pour toute personne intéressée, la possibilité de de s'en inspirer ou de les reproduire pour élaborer ses propres documents de travail.

Malgré cela, et très rapidement, des demandes de téléchargement de mes documents me sont parvenues; certaines accompagnées d'offres de contribution. Pour y répondre, je me suis employé à réorganiser la totalité des fichiers en sept dossiers, de façon à rendre leur téléchargement plus rapide et moins fastidieux qu'auparavant. Ainsi, et jusqu'en février 2014, leur téléchargement était associé à un système de micropaiement sécurisé. Malheureusement, depuis lors, ce système direct  et pratique ne figure plus dans les options de la nouvelle configuration de site de mon hébergeur Over-Blog.

Donc, à défaut d'autre possibilité, je ne peux que proposer aux personnes désireuses d'acquérir certains des dossiers ci-dessous de me contacter via : 
paul.cortes@hotmail.fr .

Voici les 7 DOSSIERS TÉLÉCHARGEABLES

  1. L'AFFICHAGE des Lettres simples (3 affiches téléchargeables en en taille réelle en page a), des Graphies complexes, des Procédures de décodage-lecture-encodage-compréhension,... [cf pages a, b, c, d ], soit 76 fichiers PDF.
  2. LES FICHES DE LECTURE (1 fiche téléchargeable en taille réelle en page f), les Aides-mémoire, les Cartes recto/verso [cf pages e, f, g, h, i, ,j ], soit 41 fichiers PDF.
  3. LES CARTONS DE SYLLABES ET DE MOTS (2 feuilles téléchargeables en taille réelle en page k) [cf page k ], soit 65 fichiers PDF.
  4. L'ENTREE EN LECTURE : la Compréhension du code en GS, les Débuts en lecture, la Phonologie, le Repérage des difficultés de lecture en CP [cf pages l, m, n, o, p ], soit 45 fichiers PDF.
  5. L'ORTHOGRAPHE [cf page q ], soit 24 fichiers PDF.
  6. LA NUMERATION [cf page r ], soit 31 fichiers PDF.
  7. LES OUTILS ET ÉVALUATIONS POUR MAITRES  E [cf page s ], soit 15 feuilles PDF.

Partager cet article

Présentation générale

Publié le par Paul Cortès

Février 2008 Les débuts du site

Maître E au sein d'un RASED (Réseau d'Aide aux Élèves en Difficulté) du Haut-Rhin, la quasi totalité de mes interventions concerne l'apprentissage de la lecture à des petits groupes d'élèves de CP et de CE1 en grande difficulté dans leur classe ordinaire.

Au-delà du faible niveau de conceptualisation de la lecture qui les caractérisent (projet de lecteur, compréhension du principe alphabétique et du fonctionnement du code, etc...), tous ces enfants peinent à mémoriser les correspondances graphie-phonie et à appliquer les processus de décodage phonologique.
Concrètement, c'est-à-dire hors reconnaissance globale de quelques mots récurrents en rapport avec le contexte d'apprentissage propre à leur manuel scolaire, ces élèves sont dans l'incapacité de décoder le moindre mot décontextualisé. En présence de mots jamais vus, ils se retrouvent seuls et désemparés face à des suites de lettres, vides de sons, vides de sens...

Ainsi, pour tenter de remédier à certaines des causes conceptuelles et techniques de leurs difficultés, notamment leurs faibles capacités de mémorisation, j'ai été amené à élaborer des outils didactiques se fondant sur la représentation en images de tous les concepts et procédures que ces élèves avaient du mal à intégrer.
Il s'agit, dans la mesure du possible, d'associer systématiquement à tout apprentissage sa représentation imagée. Ceci afin que chaque explication verbale ait son support visuel, et inversement, que chaque image soit susceptible de rappeler en mémoire la compétence ou la procédure qu'elle illustre.
Ces outils ont été conçus pour répondre à la nécessité de faire conjuguer mes objectifs de structuration et de remédiation de la technique de la lecture avec un souci d'efficacité la plus optimale qu'il soit permis d'espérer; ceci compte tenu de la faible fréquence de mes interventions par rapport aux besoins conséquents de certains élèves.

Le but de ces outils est de leur permettre de COMPRENDRE, de MÉMORISER, d'APPLIQUER et d'AUTOMATISER les processus de décodage – quatre notions fondamentales.

Ces considérations – entre autres – m'ont incité à adopter les deux partis pris suivants :

  1. tout ce que les élèves seront amenés à concevoir doit pouvoir être représenté par des référents imagés.
  2. tout ce que les élèves auront à lire se fera par la voie phonologique (du moins dans les premiers temps), ceci pour être en rupture totale avec les stratégies de lecture personnelles et très contextualisées dans lesquelles ils se sont enfermés.

Voici la liste de ces documents. Ils concernent tous les domaines où j'ai eu à constater des insuffisances qui nécessitaient une aide :

Si initialement ces outils ont été conçus pour un usage spécifique à la remédiation des difficultés de lecture dans le cadre d'un RASED, certains d'entre eux peuvent être éventuellement employés dans des classes ordinaires pour aider ou favoriser certains apprentissages, ceci en tant qu'auxiliaires.
En aucune manière l'option prioritairement phonologique de ce travail n'a pour objet de se substituer aux approches diverses et plus attrayantes de l'apprentissage de la lecture en classes de CP et CE1 ordinaires
.

Les raisons ayant déterminé les orientations de ce travail sont exposées sur la page"théorie et bibliographie".

Partager cet article