Outil pour le tableau : "le pointeur de lettres"

Publié le par Paul Cortès

Outil pour le tableau : "le pointeur de lettres"

Ce petit outil s'utilise pour tenter de mieux focaliser le regard et l'attention des élèves en difficulté sur les lettres des mots écrits au tableau.
Il remplace ainsi le doigt de l'enseignant ou l'extrémité d'une baguette. L'enseignant fait lentement progresser les "gros yeux jaunes" proches de sa pointe "sur le chemin des lettres" que présente le mot à décoder.
La procédure de décodage de base assurant le traitement phonologique, schématisée sur l'affiche, peut ainsi être rappelé aux élèves de la façon suivante :
1) je regarde la première lettre du mot et je cherche à reconnaître le "bruit qu'elle fait".
2) je dis le bruit de la lettre, puis je fais de même avec la lettre suivante.
3) je "colle" les deux bruits et je dis la première syllabe du mot.

Le "travail" du lecteur y est décrit avec précision puisque la "tête" que forme l'affichette comprend deux gros yeux symbolisant l'action première du lecteur qui consiste à regarder finement et progressivement chacune des lettres, puis à y rechercher dans sa mémoire à long terme (le petit nuage) l'association graphie-phonie qu'elles induisent, avant d'effectuer le travail de fusion permettant la vocalisation de syllabes. Ce "travail" cognitif (généralement invisible) est sommairement synthétisé en quelques dessins.
Pour être complet, ce schéma devrait encore faire apparaître la mise en mémoire de travail des syllabes décodées, ainsi que leur énonciation successive jusqu'à vocalisation finale du mot "entier", suivie de la recherche des représentations évocatrices (les images mentales) qui permet sa compréhension (et valider ou invalider l'identité sonore du mot énoncé). Pour des raisons de place et de surcharge graphique, ces procédures concomitantes aux travail de fusion ne sont pas présentes sur l'affichette.

Les apprentis lecteurs se construisent ainsi un début de conceptualisation de la lecture plus précis, tout en appréhendant le coût cognitif qu'elle requiert en début d'apprentissage. Les connaissances notionnelles à acquérir (la mémorisation des phonogrammes), ainsi que l'obligation d'appliquer un traitement procédural précis et rigoureux aux lettres, gagnent un caractère d'obligation à laquelle on ne peut déroger pour parvenir à lire.
Et c'est cette nécessité qui justifie un véritable "apprentissage" qui peut parfois se montrer difficile, long et... fatigant; tout le contraire des stratégie de lectures contextualisées fondées sur de la reconnaissance directe que certains élèves peinent à parfois à abandonner.

(Un aimant autocollant est à placer au recto pour la maintenir au tableau).

Cette affichette peut aussi être utilisée lors de la lecture commune d'albums, en remplacement du doigt qui pointe les mots d'un texte.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article